13 novembre 2005 : Punta Arenas & le détroit de Magellan

[diaporama des photos du jour] [programme du jour] [carte du sud de la Patagonie]

 

13 novembre 2005 à 7H par 54°20' sud et 70°57' ouest, nous naviguons à 15 nœuds, cap au 37°. Il fait 7°C et le vent souffle du sud-ouest à 4 Beaufort. Nous quittons le Canal Cockburn pour emprunter le Canal Magdalena avant de rejoindre le détroit de Magellan [merci Google Earth ;o)] sous un ciel partiellement couvert, surtout vers le nord.... J'ai beaucoup mieux dormi cette nuit : le jour se lève beaucoup plus tard maintenant que nous avons quitté les hautes latitudes. Je ne me suis même pas réveillé quand le navire a quitté le Canal de Beagle pour naviguer quelques heures sur le Pacifique avant de retrouver les eaux plus calmes du Canal Cockburn.

8H04 : la Cordillère de Darwin depuis le canal MagdalenaLà, je suis en train d'imaginer le questionnement des premiers explorateurs qui se demandaient par où passer entre toutes ces îles, ces culs de sac, ces hauts fonds. Hier soir et cette nuit, après être passés devant Ushuaïa, nous avons emprunté la branche nord [au nord de l'île Gordon] du canal de Beagle pour longer les glaciers descendant de la chaîne de Darwin puis la Bahia Desolada, puis le Pacifique, puis le Canal Cockburn que nous allons bientôt quitter.

8H05, nous entrons dans le détroit de Magellan, pratiquement en face du Cabo Froward et de la "Cruz de Los Mares", la Croix des mer, le point le plus austral du continent américain. Ca s'élargit nettement au débouché du canal Magdalena. Le détroit de Magellan à cet endroit, entre la péninsule de Brunswick [sur laquelle se trouve Punta Arenas] à l'ouest et l'île Dawson à l'est s'appelle "El Paso del Hombre" et est large de 10 à 20 km.

A 6p0, nous avons croisé l'Antarctic Dream, en route vers le sud, que j'ai d'abord pris pour un "express-côtier" local, petit cargo mixte. Je le revois de temps en temps sur les webcams des MS Nordkapp ou Nordnorge quand ils sont en escale à Ushuaïa ou Punta Arenas simultanément. Venant du Pacifique et y retournant, nous n'emprunterons que la partie ouest du détroit de Magellan, la partie la plus étroite même si à hauteur de Punta Arenas, il fait quelques dizaines de kilomètres de large.

Hier soir, nous avons navigué au pied des glaciers descendant de la cordillère Darwin, versant sud et ce matin, j'aperçois encore les sommets et les versants nord de cette chaîne au fond du canal Magdalena derrière nous. A vol d'oiseau, nous n'avons pas beaucoup progressé vers le nord cette nuit mais nous avons navigué dans un vrai labyrinthe. Vue de France, la côte chilienne de Patagonie est certes découpée mais on n'imagine vraiment pas le nombre d'îles, canaux qu'on y trouve. J'ai l'impression que c'est nettement plus difficile de naviguer ici qu'en Norvège et pourtant... c'est déjà très compliqué là-haut. En face de Punta Arenas, là où le détroit est le plus large, c'est le "Paso Ancho". Ce soir, en quittant Punta Arenas, nous emprunterons donc Paso Ancho, Paso del Hombre, Paso Froward, Paso del Mar, après on tourne à droite...

8H15, seul au pont 7, tout en haut. Apparemment, en entendant des bribes de conversation j'ai cru comprendre que ça a remué cette nuit ??? mais bon, j'ai dormi... Le ciel est à moitié dégagé à peu près mais ce sont des nuages élevés donc pas très gênants... ça va. Le bleu du ciel est vraiment très, très pâle, pas saturé du tout.

8H27, toujours 7°C, 4 Beaufort du sud-ouest, 15 nœuds au 358° par 53°57' sud et 71°00' ouest ; nous sommes juste au milieu du coude que fait le détroit au sud de la Péninsule de Brunswick. En regardant une carte marine affichée dans le salon panoramique, je repense encore aux premiers explorateurs avançant "à tatons" dans le dédale des canaux. La toponymie du secteur est assez significative : Bahia Inutil, Bahia Gente Grande...

9H12, nous doublons le phare du Cap San Isidro. Près du phare, on devine une ferme... une maison au moins... mais qu'y exploite-on ? partout, c'est de la forêt pratiquement jusqu'au rivage avec notamment beaucoup de troncs sans branches, comme si les arbres étaient morts. 9H45, on ne voit pas la côte nord du détroit, sans doute peu montagneuse ; la côte est, on la devine ; la côte ouest, on la longe, donc pas de souci pour la voir.


15H18 : rencontre des moutons et des nandous dans la pampa14H, sur le pier de Punta Arenas en face du MS Nordnorge, il y a un chalutier "Union Sur" immatriculé à Valparaiso, mais avec des caractères japonais ou coréens sur la coque. Il est pratiquement aussi long que le NN et doit bien mesurer au moins 100 m de long. Pas de bassins au port de Punta Arenas, juste ce pier où les navires accostent des 2 côtés et... ça remue drôlement.

Justement de l'autre côté du pier un petit bateau de pêche d'une dizaine de mètres se "dandine" au gré de la houle. Un lion de mer [otarie] profite de ces mouvements pour s'inviter à bord, sur la plage arrière sous les yeux des 2 pêcheurs dans la petite passerelle et replonger presque aussitôt. Parfois, il n'est pas assez synchrone avec les mouvements du bateau et n'arrive pas à escalader le pavois alors très haut au dessus de l'eau.

2 excursions sont organisées vers des estencias pour découvrir rapidement la vie qu'on y mène ou plutôt qu'on y menait avec la tonte des moutons, un rodéo, un musée de vieux matériel agricole.... Je reste fidèle aux manchots et vais découvrir les manchots magellan près d'une grève du Seno Otway qui avec le Détroit de Magellan cernent presque la péninsule de Brunswick.


16H45 : un couple de manchots magellan devant son terrier16H15, "chez" les manchots magellan. En chemin, nous avons vu des nandous qui cohabitent harmonieusement avec les moutons apparemment, un renard rouge, un caracara. Ici sur la grève ou à proximité : des manchots, des canards, des oies. Il fait très [relativement, en fait] chaud et le car n'est pas climatisé car c'est rare qu'il fasse si chaud ici.

En fait, les terriers des manchots sont assez éloignés du rivage, à 200 ou 300 m environ dans les terres et des "boulevards" ont donc fini par être créés dans la végétation par les allers et retours incessants des manchots. Un cheminement de bois surélevé de 20 à 30 cm permet aux visiteurs de croiser leurs pistes sans trop les déranger.


 

17H33 : papa nandou et pas papa pouleMême si cette visite à la manchotière a été assez brève, je l'ai bien appréciée : la faune, le paysage de la pampa où nous avons roulé sur une piste poussiéreuse pendant 20 à 30 km avec les moutons et nandous peu farouches en fait qui restent à 20 m à peine de la piste quand nous passons. Je garde en particulier un très souvenir de l'austral negrito qui a posé pour moi sur un des poteaux du cheminement de bois : les couleurs de son plumage, son œil qui, mine de rien, me surveillait alors que j'étais à moins de 2 m derrière lui. Chez les nandous, c'est le mâle qui couve les oeufs et s'occupe des petits.

Au retour, le long de route côtière sur la rive du détroit de Magellan, beaucoup de familles, groupes d'amis font des barbecues de mouton [asado en espagnol] dans les dunes et profitent de cette journée printanière exceptionnellement chaude ici.

19H30 après ma séance de jacuzzi : grand beau temps... La température maximum en été ici à Punta Arenas est de 15° C et aujourd'hui, cette température a été dépassée. Vers 22H, je m'attarde sur l'arrière du pont 5 pour photographier le sillage au clair de lune.

page précédentepage suivante