vers 78° nord à 2H

8 sept. 1999 - 7ème jour : de Berlevåg à kirkenes puis retour

diaporama des photos de la galerie - carte inter-active du jour

 

4ème jourA Vadsø à 8 H 45 après le petit-déjeuner, sur le quai apparait une vieille R8 Renault (pas Gordini, non, non..., en tous cas, je n'ai pas vu les bandes et les roues arrières obliques ;o)) ) en parfait état m'a-t-elle semblé ; ça change des japonaises et suédoises. Vadsø compte 6 000 habitants et son aéroport voit passer 60 000 personnes par an : l'avion est apparemment très utilisé dans ces contrées.

Le crabe du Kamtchatka colonise toute la côte, de la Russie jusqu'au Varengerfjord (long de 95 kms et large de 55 kms à son embouchure).


 

en route vers  KirkenesA Vadsø, on peut voir le mât d'amarrage utilisé en 1926 par le Norge, dirigeable d'Amundsen, puis plus tard (en 1928) par celui de l'italien Nobile. Un petit musée en face du quai retrace en particulier les aventures vécues par ces 2 explorateurs au dessus de la banquise dans les années 1920.


 

le M/S Vesterålen à KirkenesNous arrivons à Kirkenes (terminus de la ligne à environ 10 kms de la frontière russe) vers 11 H 15, après avoir remonté le Bokfjorden sur une trentaine de kilomètres.

Le Gulf Stream, qui longe toute la côte norvégienne lui permettant ainsi de n'être jamais prise par les glaces, n'a guère d'influence ici et le brise-glace est quelquefois nécessaire en hiver. Bien que situés à une latitude inférieure, les glaces sont beaucoup plus présentes dans la Mer Baltique, au Groenland ou en Russie. La douceur générée par le Gulf Stream empêche la formation des glaces et attire les bancs de poissons qui ont fait et continuent (?) à faire la richesse des pêcheurs norvégiens.

En 1999, la principale activité de Kirkenes (5 000 habitants), reste l'exploitation des mines de fer à ciel ouvert même si le nombre d'employés est passé de 2 000 à 600 actuellement. L'aéroport enregistre 100 000 passagers par an soit 20 fois la population locale. Parmi ceux-là, il y a un certain nombre de touristes qui n'empruntent l'express-côtier qu'à l'aller ou au retour : 20 à 30 nouveaux passagers ont ainsi embarqué à Kirkenes.

 

Me voici rendu à la moitié de mon voyage le long de la côte norvégienne ; la route vers le sud commence vers 14 H en quittant Kirkenes (en fait, nous remontons vers le nord au début, Kirkenes étant à environ 69,5° de latitude nord -si je lis bien la carte-).

 

retour de pêche à VardøNous ne repassons pas par Vadsø et faisons route directement sur Vardø que nous atteignons à 17 H environ après avoir passé l'après-midi sur le pont arrière emmitouflés dans des couvertures. Les quelques nuages près du soleil se parent des couleurs de l'arc-en-ciel (vert, violet...).

L'escale à Vardø durant une heure, je vais faire un tour sur les quais, surtout utilisés par des artisans pêcheurs.


 

le port de VardøComme toutes les agglomérations du nord de la Norvège, Vardø a été entièrement reconstruite après la seconde guerre mondiale. En face de la sortie du port se trouve le point le "plus est" de la Norvège : l'île Hornøya ; ce qui explique aussi la présence de nombreuses antennes ou radars (à gauche du clocher sur la photo).

page précédantepage suivante