vers 78° nord à 2H

16 février 2002 - 2ème jour : de Florø à Kristiansund

carte inter-active du jour

 

2èmeCette nuit, j'ai été bercé par la mer : j'ai trouvé celà assez agréable...


 

Sur la Mer de StadtCe matin, il fait 10°, je me réveille vers 7 H 15 alors que le M/S Polarlys est à quai à Måløy et tire un peu sur ses amarres bien que ce port soit situé dans un chenal entre une île assez importante et le continent.

A 7 H 30, nous quittons Måløy pour naviguer pendant 2 heures en Mer de Stadt pour doubler le Vestkapp (point le plus ouest de la Norvège). La Mer de Stadt est réputée pour sa violence ; nous ne sommes vraiment plus protégés par les îles et îlots. Au cours de la dernière nuit de 1992, un ouragan (vent de 120 noeuds, vagues de 20 à 30 mètres selon le livre Norway's Coastal Voyage) s'est levé alors que les express-côtiers M/S Nordstjernen (vers le sud) et M/S Nordnorge (vers le nord) faisaient route sur la Mer de Stadt, filant à 20 noeuds malgré la réduction très importante du régime du moteur... Super réveillon...

Ca remue pas mal lorsque nous doublons le Vestkapp ; le vent soulève des tourbillons d'embruns qui courent de chaque côté du Polarlys. Il y a assez peu de monde au salon panoramique situé à l'avant du niveau 7 du navire.


 

à ÅlesundNous arrivons à Ålesund vers midi. Une quinzaine de voitures est sur le quai et repart aussitôt après l'accostage du Polarlys, leurs occupants étant venus juste voir l'express-côtier.

Nous sommes à quai jusqu'à 15 heures. Je descends à terre après avoir enfilé un ciré car il pleut beaucoup. Je renonce vite à mon "tour en ville" du fait de la pluie et je n'ose pas trop sortir mes appareils photos qui ne sont pas "water-proof" mais aussi du fait que c'est samedi et il n'y a pas beaucoup d'animation dans les rues.


 

à ÅlesundJe passe l'après-midi (temps pourri, ai-je noté) dans les salons et dans ma cabine pour une sieste. J'ai amené les 3 tomes de "L'héritage de Karna" d'Herbjørg Wassmo dont l'action se passe sur la côte entre Harstadt et Tromsø à la fin du XIXème siècle alors que les navires à vapeur remplacent les voiliers et que l'on crée des quais dans les agglomérations grandissantes au détriment des anciens comptoirs répartis le long de la côte. Je les ai relus en visualisant certains paysages : les quais en bois (du moins recouverts de bois), les baraques de pêcheurs le long des grèves...

Le soir, un coup de vent force 8 est en cours mais quand nous accostons à Molde vers 18 H 30, la pluie a cessé et je vais me dégourdir les jambes dans les rues de la ville, l'express-côtier accostant en plein centre-ville. Toujours pas de neige...

page précédente page suivante