vers 78° nord à 2H

17 février 2002 - 3ème jour : de Trondheim à Rørvik

diaporama des photos du jour - carte inter-active du jour

 

3èmeLe M/S Polarlys est à quai à Trondheim jusqu'à midi et j'ai donc beaucoup de temps pour profiter de cette escale.


 

depuis le pont Bakke Bru sur la NidelvaCette fois-ci, j'ai l'intention d'aller flâner plutôt du côté de la rivière Nidelva qui borde le centre-ville (construit dans un méandre) à l'est et qui est à l'origine du premier nom de la ville : Nidaros, Nidelv + os (embouchure). Après un débat passionné, la population a préféré ne pas reprendre cet ancien nom historique.

Je quitte le M/S Polarlys vers 9 heures après un bon petit-déjeuner. A la sortie de la zone portuaire, j'emprunte sur la droite le pont Bakke Bru pour traverser la Nidelva. Le soleil apparaît à peine au dessus des montagnes à l'est.

Nous sommes le dimanche matin et il y a peu de monde dans les rues. Il fait 6 à 7 ° ce matin et s'il n'y a pas de neige... il y a pas mal de verglas/glace par endroit sur les trottoirs et les semelles de mes chaussures d'aujourd'hui ne sont pas vraiment prévues pour... gaffe...

Sur les 2 rives de la Nidelva ont été construits des entrepôts à pignon en bois peints, en majorité construits sur pilotis au XVIIème siècle, lorque l'embouchure du fleuve servait de port à Trondheim. Bien-sûr, aujourd'hui, ce sont des logements ou des commerces en rez-de-chaussé.


 

depuis le pont Bakke Bru sur la NidelvaLe Nidarosdomen, composé de la cathédrale où repose Saint Olav et du palais de l'archevêque, est situé sur la rive gauche de la Nidelva dans le coude du méandre. La cathédrale de Nidaros est considérée comme le sanctuaire national de la Norvège. Jusqu'en 1906, le roi s'y faisait couronner.

Le dallage du parvis est par endroit très glissant, de même que certaines parties du sol de la cour de l'archevéché. Celui-ci a bien-sûr , été utilisé par l'archevêque mais aussi par les gouverneurs danois (jusqu'en 1814, la Norvège faisait partie du royaume du Danemark. Par le traité de Kiel, le Danemark cède la Norvège à la Suède ; cette union étant dissoute en 1905 par référendum) et les militaires.

Je suis très content de ma balade... Ca fait longtemps que je n'ai pu marcher autant, même si au bout de 2 heures, il est temps que je rejoigne le M/S Polarlys : "hanches nickel, à la fin MTP droites +, mais bon... ça va, c'est la seule sortie de la journée" ai-je noté. Sont-ce des eiders qui nagent à la proue du M/S Polarlys quand j'y reviens ?


 

Ce midi, j'ai fait connaissance d'un couple franco-suisse et d'un autre français. Le maître d'hôtel n'a pas cherché à nous regrouper sur une table au restaurant le 1er soir à Bergen :-( C'est réparé aujourd'hui. Du coup, nous étions encore à table lorsque, vers 14 H, le Polarlys est passé très près du phare de Kjeungskjær... J'aurais aimé le rephotographier.

Le ciel s'est en partie couvert et les trouées dans le plafond nuageux génèrent des fontaines de lumière très contrastées par rapport au reste du paysage. Vers 16 H, la route de l'express-côtier s'engage dans le Stokksundet, détroit très étroit et très tourmenté : un vrai slalom !

Au début du XXème siècle, lorsque son bateau s'engagea dans ces eaux, le kaiser Guilllaume devint si nerveux qu'il voulut prendre la barre. Mais le pilote local le repoussa fermement "ici, c'est moi qui commande". Confus, le kaiser lui offrit une montre en or.

 

croisement en fin d'après-midiLe ciel se dégage plus nettement quand nous abordons la Mer de Folda et ses très nombreux récifs (comme la Mer de Frø).

En octobre 1962, la ligne de l'express-côtier y a subi son plus grave accident en temps de paix. Le navire a coulé près de Rørvik faisant 41 victimes.


 

coupée du M/S Norstdjernen à RørvikNous arrivons à Rørvik où se trouve déjà à quai l'express-côtier descendant du nord : le M/S Nordstjernen, le plus ancien navire de la ligne, construit en 1956.

Il est "old fashion" comme me dit un de mes convives initiaux anglais même s'il est modernisé régulièrement. Nous pouvons le visiter et il est bien sûr nettement plus "cosy" que les navires modernes mais aussi plus "rustique" : certains visiteurs étaient incommodés par l'odeur du mazout. L'ambiance y est, dit-on, plus chaleureuse mais les escaliers, les ponts en bois glissants ne sont pas pour moi.


 

le M/S Norstdjernen à RørvikNous le recroiserons plus tard sous la neige à Harstad.

page précédentepage suivante