vers 78° nord à 2H

23 février 2002 - 9ème jour : de Finnsnes à Stamsund

diaporama des photos du jour - carte inter-active du jour

 

9ème jourDebout à 6 H 45 ce matin. Comme je participe à l'excursion de la matinée dans les Vesterålen, je ne pourrai pas faire exactement la photo que j'ai déjà faite lors de mes précédents voyages : le Toppsundet entre les îles Hinnøya et Grytøya avec, en particulier au bout du détroit la falaise de 600 m de haut.


 

le M/S Norsdtjernen à HarstadJe crois reconnaître dans l'aube naissante l'île de Grytøya mais en fait, en regardant mieux l'écran de mon appareil numérique, je me rend compte que, trompé par le retard du Polarlys, ce n'est pas Grytøya que l'on vient de doubler. Je dois aller déjeuner pour être prêt à 8 H 15 pour l'excursion.

Pendant mon petit déjeuner, je guette par les vitres le paysage et... cette fois-ci, c'est bien Grytøya là-bas : hop, un aller-retour à l'extérieur pour une photo.

Le temps de terminer mon petit-déjeuner et nous sommes à Harstad à quai derrière le M/S Nordstjernen que nous avions déjà croisé à Rørvik.

Je participe donc à l'excursion de la matinée. Après un petit tour sur les hauteurs d'Harstad, nous gagnons Trondenes à quelques kilomètres. On y trouve l'église médiévale (construite vers 1 250 sur l'emplacement d'un ancien "thing" -parlement, tribunal viking-) ... la plus septentrionale du monde. Le premier baptême du nord de la Norvège y fut célébré dans un petit lac en 999.

On y trouve aussi le canon... Adolf (calibre de 420), impressionnant maillon du mur de l'Atlantique, parait-il.


 

à TrondenesAlors que nous sommes à Trondenes, le M/S Polarlys repart vers le sud (en fait l'ouest) en empruntant le Toppsundet pour rejoindre Risøyhamn et son étroit chenal dragué en permanence.

A 50 m de l'église se trouve un musée relatif à l'histoire du nord de la Norvège de l'âge de la pierre à la seconde guerre mondiale.


 

en quittant le bacAprès Trondenes, nous cheminons toujours sur une route entièrement blanche entre des montagnes parfois escarpées, des plateaux propices au ski de fond (en tous cas, il y a beaucoup de pratiquants ce samedi) avec des stations se secouristes en motoneige régulièrement espacées, des fjords dont nous en traversons un en bac.

Une des spécialités d'Hinnøya, lîle où se situe Harstad : les fraises... les plus septentrionales du monde. La Norvège détient un bon nombre de records de septentrionalité.

A un moment, nous avons pu voir un renne sauvage broutant tout près de la rive d'un fjord. Les rennes apprécient également les algues.

 

Nous rejoignons Sortland et attendons une dizaine de minutes afin d'être synchro avec le polarlys pour le passage sur / sous le pont de Sortland.

A Sortland, 3 palettes de morues à peine sêches (j'ai taté à travers le plastique et elles étaient loin dêtre dures et rigides) attendent pour être embarquées à bord.

Ce déjeuner, je prend de la... baleine pour goûter. Lors de mon 1er voyage, j'avais boycotté cette viande mais cette fois-ci, je veux essayer me disant que de toute façon cette baleine est morte. Comme il y a 2 ou 3 jours où j'avais goûté cette viande, mais sêchée, je ne l'apprécie pas du tout. Ce midi, elle est préparée comme du boeuf aux carottes... Le boeuf est très nettement meilleur.

 

Nous quittons Sortland à 13 H pour arriver à Stokmarknes vers 15 H 15. Le ciel s'est bien dégagé par rapport à la matinée.

Disposant d'une heure et ayant déjà visité 2 fois le musée de l'Hurtigrute, j'aurais bien fait de la luge mais bon... il y a de la concurrence et je m'y suis pris un peu tard... Dommage

 

en quittant StokmarknesA peine après avoir quitté Stokmarknes, la couverture nuageuse laisse passer quelques fontaines de lumières mettant en valeur certaines montagnes là-bas... La navigation jusqu'à l'entrée du Raftsundet nous permettra d'admirer les lumières en cette fin d'après-midi. Beaucoup de monde à l'avant du M/S Polarlys est en place pour le spectacle...

Peu après 16 H nous nous approchons de l'entrée nord du Raftsundet. Là-bas, à l'ouest, le soleil se couche générant des lumières très belles. Déjà, les versants est des montagnes sont dans la pénombre. Nous allons quitté l'archipel des Verterålen (vester : ouest et ål : mer) pour l'archipel des Lofoten

Ca y est, nous sommes dans le Raftsundet. Dans cette partie nord du détroit, nous sommes encore dans les Vesterålen. La lumière, maintenant que le soleil est caché par les sommets à l'ouest, est bizarre : tout est plus ou moins bleu avec par endroit les reflets rosés du ciel... la surface de l'eau plate comme un miroir, les moteurs du M/S Polarlys au ralenti (en temps normal, ils sont très discrets mais là, on ne les entend plus, ni le bruit de l'étrave ouvrant l'eau), les chuchotements des passagers... on se croiraît dans un rêve.

Vers 17 H, nous sommes en vue de la sortie du Raftsundet. Nous sommes passés assez loin du débouché du Trollfjord dans le Raftsundet. Nous allons dépassé le sud de l'île Ulvøya quand le M/S Polarlys ralentit encore plus et... fait demi-tour pour remonter par l'autre côté de l'île vers le Trollfjord :o))

le TrollfjordOn se bouscule (en fait non, mais il y a quand même beaucoup de monde) à l'avant du M/S Polarlys pour photographier ou filmer. On est encore plus dans du bleu...ca me fait penser à une ambiance de film fantastique. Même si nous ne sommes pas entrés dans le Trollfjord, nous avons pu voir pendant quelques minutes le fond tout là--bas à 2 km alors que l'entrée fait à peine 100 m de large.

Ca y est la sublime fin d'après-midi va s'achever... l'escale à Svolvær sera un peu prolongée car on attend un groupe d'allemands qui arrivent par le M/S Minatsol, l'express-côtier "montant" et qui repartent tout de suite sur l'express-côtier "descendant".

Je guette un peu les aurores boréales... sans succès... mais la journée a été bien remplie et il y a beaucoup d'autres photos sur la galerie : les voir

page précédentepage suivante