vers 78° nord à 2H

11 février 2004 - 4ème jour : de Brønnøysund à Svolvær

diaporama des photos du jour - carte inter-active du jour - les grands panoramas du jour : Ørnes ; en mer entre Ørnes et Bodø

 

4ème jourCette nuit, je me suis réveillé à 3 H 30 et j'ai regardé par la fenêtre : on passait juste devant Sju Søstre [les Sept Soeurs] au sud de Sandnessjøen sous un clair de [pleine] lune magnifique dans un ciel sans nuage ; c'était d'une beauté !!! Je me suis levé pour aller faire des photos à l'extérieur du pont 5 mais une pause de 3'' n'était pas suffisante et je n'ai pas insisté. En saisissant ce texte, je regrette maintenant de ne pas avoir fait ces photographies. Bien sûr, elles n'auraient pas été parfaites [si tant est qu'une seule de mes photos soit parfaite], mais le panorama était si beau... Je reste avec ce souvenir pour moi tout seul. Le mécanicien que j'ai croisé dans l'escalier a dû se demander ce que je faisais en pyjama, veste de quart et chaussures de randonnée à cette heure-là ;o)


 

aube sur le NordlandA 8 H, la lune est toujours là, au dessus d'un archipel à l'ouest, se reflétant dans la mer. Qu'est-ce que c'est beau, ce matin ! Un couple est également à l'extérieur du pont 5 à babord, photographiant également la lune.

8 H 10, alors que j'avais entamé mon [copieux] petit déjeuner, je ressors afin d'assister au croisement avec le M/S Polarlys descendant vers le sud Pooooo... En rentrant de la coursive babord extérieure, un p'tit coup d'oeil sur tribord et là... on passe juste devant la ferme aquacole que je photographie pratiquement à chaque passage mais sous cet angle, elle est vraiment à contre-jour.

8 H 44, le M/S Nordlys passe à la hauteur du Svartisen, second plus grand glacier de Norvège, dont on voit la calotte. Grand beau temps ce matin... c'est magnifique. Si hier sur la Mer de Fro, j'ai apprécié le ciel gris, ce matin à 9 H, les rayons du soleil commencent à atteindre les sommets devant nous. Il est temps que notre étoile nous réchauffe : il fait - 2°.


en arrivant à Ørnes9 H 15 à Ørnes il fait en fait plus froid : - 4°. Je n'ai jamais vu Ørnes avec cette lumière. Lors de mes 3 précédents voyages, le plafond nuageux était assez bas et les sommets des montagnes n'étaient guère visibles. Aujourd'hui, c'est magnifique avec le soleil éclairant les sommets alors qu'Ørnes même est encore dans l'ombre. J'y fais un panorama de plus de 180°.


Ah oui... au fait... ça y est, nous sommes dans l'Arctique depuis 7 H environ ce matin.

en longeant le Nordland

 

depuis la passerelle1 heure après notre escale à Ørnes, nous sommes invités à visiter la passerelle au moment où nous naviguons encore dans un chenal entre les îles et le continent. Les montagnes à l'ouest, bien éclairées maintenant, se reflétent sur la surface presque lisse de la mer.

11 H 40, je suis au salon panoramique quand mon regard est attiré par un spectacle étrange qui se déroule à 300 m à l'avant du M/S Nordlys. Au dessus d'un petit fileyeur [ou ligneur ?], un groupe de mouettes [ou autres oiseaux de mer ?] tourbillonne... bon... ça, c'est une scène classique. Ce qui sort de l'ordinaire : 3 plus gros oiseaux tournent en planant au dessus de l'ensemble. Dans mes jumelles, je distingue 3 aigles de mer... depuis le temps que j'entends parler des aigles de mer en Norvège... je n'en avais pas encore observés.

Enthousiasmé, j'explique à un allemand puis une anglaise où il faut regarder et finalement quand j'arrive dehors... le Nordlys ayant continué sa route, la scène se trouve maintenant à contre-jour... Arggg, j'aurais dû la jouer perso sur ce coup ou prendre des photos à partir du salon. On est passé à 20, 30 m du petit bateau et des oiseaux. Comme cette nuit, en face des Sept Soeurs, ce spectacle restera très présent dans ma mémoire.

Cette matinée est vraiment très belle et je me risque à tenter ["me risque à tenter" : je ne suis vraiment pas sûr du résultat final] un panorama de plusieurs photos alors que nous avançons... mais bon, comme le paysage photographié est très éloigné, le changement entre chaque photo du fait du déplacement ne sera pas énorme. Voir ce panorama.

12 H 20 quand nous arrivons à Bødo, nous avons droit à un spectacle insolite alors que le M/S Nordlys entre dans le port en passant devant le seuil de la piste de l'aéroport, un Boeing 737 atterrit juste devant nous en passant de gauche à droite à faible altitude. Coincidence ? un des mails reçus pendant mon voyage est en rapport direct avec cette rencontre.

mailComme je l'écris dans ma réponse, 20 secondes plus tard, je suis nettement plus intéressé par le passage d'un aigle de mer dans l'autre sens à 1 m de la surface de l'eau. Il reste quelques temps sur notre gauche au dessus de la pente d'un îlot, peut-être pour profiter d'une ascendante. Le vol de ces aigles est vraiment majestueux !

Comme au début de ma croisière au Spitzberg, je veux toujours faire la photo dans les meilleures conditions et j'attends tellement que finalement j'y renonce car il n'aurait guère été visible sur une photo, se confondant avec l'îlot.

A Bødo, je vais à terre avec juste mon bob de toile huilée sur la tête... j'aurais dû prendre mon bonnet car 10 mn plus tard, je rentre à bord, les oreilles frigorifiées par le vent... sûrement un coup du facteur wind-chill [voir une explication simple de l'effet windchill par la Météo Canadienne (effet du vent sur notre sensation de froid) avec notamment une calculatrice]. Le vent fait tourbillonner la neige sur les quais et forme des congères dans les recoins... la traversée du Vestfjord risque d'être mouvementée...


 

Comme prévu, nous quittons Bødo à 15 H et longeons quelques temps la côte au nord de Bødo.

En fait, la traversée du Vestfjord n'a pas été très agitée et nous dinons quand nous accostons peu après 19 H à Stamsund, 1ère escale aux Lofoten.

 

escale à SvolværVers 21 H, l'escale à Svolvær est plus mouvementée. Le vent, plus fort maintenant, tend à éloigner le Nordlys en approche du quai et tout à coup une détonation dans la nuit... à la poupe, le mécanicien a utilisé le lance-amarre. C'est la 1ère fois que je vois l'utilisation de cet engin sur un express-côtier.

A la proue, le lance-amarre est également à poste mais le mécanicien réussira, au 3ème essai, à passer l'amarre à l'aide de la touline comme d'habitude.

page précédantepage suivante