vers 78° nord à 2H

16 avril 2005 - 12ème jour : de Torvik à Bergen

diaporama des photos du 16 et du 17 avril - carte inter-active du jour

 

12ème jourRéveil à 6 H 30, j'écarte le store....hannnnn....


 

A travers la vitre : le mont Hornelenvite, clic-clac avec mon ancien appareil, le plus à portée de main, à travers la vitre du sabord. Nous passons juste au pied du Mont Hornelen dont seulement le sommet est atteint par les rayons du soleil pointant au dessus des montagnes de l'autre côté du fjord, à l'est. C'est magique... c'est la première fois que je le vois [en vrai] et en plus sous un si bel éclairage !!


 

6 H 30Vite, polaire de la tête aux pieds et hop sur le pont alors que nous naviguons toujours dans Frøysjoen entre les 2 rives assez escarpées.


 

En arrivant à Flrøro8 H en escale à Fløro. Peu avant l'arrivée au port, nous avons aperçu sur bâbord une plate-forme off-shore et son supply-ship à l'ancre dans un petit bras de mer entre 2 îlots. De nombreux catamarans et vedettes de desserte locale se dirigent vers le port. A cette heure, ce sont pratiquement les seules embarcations à rider la surface pratiquement plate de la mer.

La totalité ou en tout cas une bonne partie des palettes de tourbe embarquées avant hier à Rysøyhamn est déchargée ici. J'ai encore pu admirer le savoir-faire de l'officier à la passerelle lors de l'accostage. A l'avant du pont 5, l'atmosphère est "zen" : la lumière douce, pas de vent, peu de passagers sur les ponts, pas beaucoup d'agitation sur le quai. Je photographie des goélands, tranquilles sur un lampadaire, l'église au dessus du port avec les montagnes en arrière-plan.


 

le phare de StabbenPeu après notre départ de Fløro, la route de l'Hurtigruten passe très, très près du phare de Stabben. Aujourd'hui, celui-ci est très, très bien mis en valeur par cette belle lumière matinale. Je ne l'avais encore jamais vu lors de mes précédentes navigations à bord de l'Hurtigruten : j'étais moins matinal les derniers jours du voyage ou alors il faisait encore nuit à cette heure en février. Tous les jours, ça vaut vraiment la peine de se lever tôt le matin.


 

12 H 14, nous passons devant Fedge ; j'ai l'impression de voir des mirages à l'horizon... mirages... réalité... en fait je ne sais pas trop ; peut-être s'agit-il d'îles très plates à l'horizon... quoique... je ne sais pas...

13 H je quitte le restaurant après avoir salué et remercié très chaleureusement Isolde, la "chef de rang" très sympa du restaurant qui "intercepte" quelques passagers à la sortie aujourd'hui.

du bleu

13 H 20, c'est magnifique. Je n'avais pas encore vécu une arrivée à Bergen sous un ciel bleu, si dégagé. On se croirait parfois en Méditerranée, je trouve : la lumière mais surtout la couleur des rochers et des îles entre lesquels slalome la route de l'Hurtigruten, les taches vertes des sapins faisant penser [un peu] aux pins maritimes, les petites criques... c'est très beau.

page précédantepage suivante