vers 78° nord à 2H

8 avril 2005 - 4ème jour : de Brønnøysund à Svolvær

diaporama en html5 des photos du 8 avril - carte inter-active du jour

 

4ème jourHier soir, j'ai observé un peu le ciel mais bon, c'était couvert et apparemment, il n'y a pas de lune [enfin, ce n'est vraiment pas la pleine lune]. Dans un premier temps, j'avais mis ma montre à sonner à 3 H afin d'être réveillé pour le passage devant les "7 Soeurs" car j'ai gardé un très bon souvenir de ce passage en février 2004 : les "7 Soeurs" enneigée sous un clair de [pleine] lune.... très, très beau. Finalement, j'ai déprogrammé ce réveil matinal compte tenu du ciel couvert et de la lune pas très vaillante.


 

Je me suis réveillé à 4 H 40 alors que le MS Finnmarken était à quai à Sandnessjøen : nuit noire en dehors des lumières de la ville. J'ai bien fait de déprogrammer le réveil car je n'aurais rien vu et comme on est en retard, je me serais réveillé beaucoup trop tôt... et pour des prunes.

Nous sommes donc le vendredi 8 avril, bientôt 9 H : nous avons franchi le cercle polaire vers 7 H 50 soit bien plus tard que d'habitude [aux environs de 7 H]. Il y a pas mal de membres du groupe qui partent en excursion au glacier Svartisen à bord d'une vedette nommée Meløycruisen sous une bruine mélangée à de la neige plus ou moins fondue. Ce midi à Bodø, je compte essayer un des jacuzzi qui ont plus mal d'adeptes que je ne l'aurais imaginé en cette saison.

Cette matinée, je ne fais pratiquement pas de photos. Il y a en permanence du crachin. Autant en février 2004, cette matinée de navigation s'était passée sous un ciel très dégagé, autant cette fois-ci, la visibilité est limitée sous un plafond relativement bas : environ 200 à 300 m, le sommet des collines des ìles est dans les nuages.


 

La décoration du MS Finnmarken est bien faite, je trouve : la galerie du pont 4 est bordée par de grands agrandissements sépias de photos tant intérieures qu'extérieures du DS Finnmarken de 1912 et de la vie dans les usines de transformation de la morue au début du XXème siècle, etc. Dans les escaliers, on trouve beaucoup de dessins humoristiques relatifs à la vie à bord des navires de l'Hurtigruten : un facteur lançant [dans le style du lanceur de marteau] un sac postal vers le commandant penché sur la lisse du bastingage alors que le navire a déjà quitté le quai ; le commandant pêchant à la ligne avec le chef cuisinier prêt à frire le poisson dans sa poêle, etc.

10 H 50, en quittant Ørnes, j'aperçois un héron cendré à l'affut sur le rivage. Hier, en arrivant au Stokksund, 2 huitriers-pie sont passés au dessus de l'avant du navire. J'ai d'abord reconnu leur cri, ce qui m'a fait lever les yeux.


 

Bodø 15 H 10, nous sommes toujours à quai. Ca y est, j'ai testé les jacuzzi : quand les bouillonnements s'interrompaient dans l'un je passais dans l'autre, etc. En fait, j'avais chaud malgré le crachin et j'ai beaucoup apprécié.

Ensuite, pendant l'escale, j'ai passé pas mal de temps à observer depuis le sabord de ma cabine un groupe d'une vingtaine d'hareldes boréales [que je prend d'abord pour des eiders...] nageant par 2 ou 3 dans le port. A voir leurs longues plumes caudales, il n'y a que des màles. Quand un plonge [un plongeon canard, bien sûr ;)], l'autre l'imite dans la seconde qui suit et ils refont surface simultanément également après une apnée d'une minute environ. Souvent quand 2 plongent, un autre couple les imitent immédiatement.

page précédantepage suivante