le MS Nordstjernen à Bodø

19 au 22 mars 2008 : 4 jours aux Lofoten,
très belles en cette fin d'hiver

 

 

Contrairement à mes précédents carnets, je n'ai pas créé une page par jour racontant les faits marquants de ma journée mais je ne vous présente, bruts de décoffrage, que mes commentaires enregistrés sur mon dictaphone. Le récit est forcément moins abondant que sur mes précédents carnets où la mémoire complétait les notes/enregistrements. Par contre, les notes explicatives des photos sont, en principe, plus exhaustives et surtout "horodatées" et permettent donc de suivre la chronologie de mes journées.

Mercredi 19 mars : ce matin je suis allé me promener à Svinøya, île constituant la rive est du port de Svolvær; il faisait à peu près beau mais froid, froid à cause du vent... et mon genou… pas terrible. Vers 11 h 30, je me décide à aller vers le centre-ville et je demande où est l'agence Avis à la réceptionniste de l'hôtel (en fait il y a une agence Hertz collée à l'hôtel…) qui me répond que ce sera plus simple si quelqu'un de l'agence vient me chercher à l'hôtel. Comme il me faut une boîte automatique, c’est une 307 que j'avais réservée et là on me propose une Toyota Prius Hybrid avec 4 pneus cloutés : vraiment pas de soucis pour rouler. La E10 est « au noir » à 80 % peut-être et sur les autres routes ou pistes, pas de problème. Je suis en train de me dire qu'il ne faut pas que je prenne trop confiance mais bon pas de problème en roulant à 60, 70 même si parfois je crée des petits bouchons mais bon la vitesse est souvent limitée à 60, parfois 50, plus rarement 70 alors que la limite standard est à 80 km/h.

Donc, je suis parti vers le sud… mais comme la journée était déjà bien avancée, je n'avais pas l'intention d'aller jusqu'au bout de la route à Å… D'ailleurs je ne sais pas si je vais y aller, c’est vraiment loin. Je m'étais fixé comme destination Myrland sur la côte ouest pour photographier la plage que Jean a photographiée en été. Après Leknes, je suis allé tout droit à un carrefour au lieu de tourner à droite pour continuer la E10 et je me suis retrouvé sur une voie secondaire menant à Ballstad. Je ne l'ai vraiment pas regretté car j'y ai fait de très belles photos de rorbuer et de grèves encore englacées. Après ce détour, je rejoins la E10, passe sous un long tunnel pour rejoindre l’île de Flakstadøya et tout de suite après la sortie du tunnel je prends à gauche la route/piste menant à Myrland, une route vraiment très étroite surplombant la mer de 10 à 20 m, complètement blanche elle, je passe devant les grèves mais... pas d'endroit pour m'arrêter, je continue pour faire demi-tour et en fait je suis allé jusqu'à Myrland à 3 ou 4 km de piste mais bon pas trop de soucis. Tient... des guillemots de Troïl…Voyant une dame âgée se baladant avec sa [son ?] spark (luge / déambulateur) je ralentis et la voiture passe donc en propulsion électrique... silence mais je ne peux la doubler sans la frôler vraiment de trop près et je n'ose pas non plus klaxonner.... je reste bien 20 ou 30 m, roulant au pas, pratiquement à sa hauteur avant qu'elle ne se rende compte de ma présence et s'écarte un peu pour me laisser passer. Demi-tour, je reviens vers les grèves que je photographie depuis la route car il y a beaucoup de neige sur les rochers et on ne sait vraiment pas où on pose les pieds. Je décide de remonter vers le nord. Vers 15 h, je trouve que la lumière est très belle et en effet le soleil commence à être un peu plus bas vers l'horizon et donne une belle couleur orangée, rose à la neige ; c'est très, très beau. Là, je m'arrête beaucoup plus souvent car ce matin j'hésitais à m'arrêter mais là maintenant, je n'hésite plus à m'arrêter sur des embranchements de route ou autres endroits où je ne suis pas très bien garé car de toute façon je reste à proximité de la voiture au cas où il faudrait que je la déplace. Je m'arrête notamment aux land-art sculpture, des miroirs avec lesquels je me suis amusé. La neige sur les galets, sur les roches, c'est très beau et la lumière très, très belle. Peu avant Svolvær, je suis allé faire un tour à Kabelvag ou plus précisément à Sør Vågen mais bon, il vaut mieux y aller le matin car c'était vraiment à contre-jour. En arrivant à Svolvær à 18 h, je suis allé attendre l'arrivée du MS Finnmarken près des séchoirs à morues installés au bout de Svinøya, île constituant la rive est du port de Svolvær.

C'est pratiquement la pleine lune et ce mercredi soir à 20 h, le ciel est bien dégagé… Je vais voir de temps en temps si des aurores boréales illuminent le ciel. Aujourd'hui, je n'ai pas été très raisonnable car je ne me couvrais pas suffisamment quand je sortais de la voiture alors que les températures sont toujours restées négatives.
[voir le trajet de ma balade du jour] [quelques photos géolocalisées sur une carte]

Jeudi 20 mars 9h24, je suis au carrefour où je me suis trompé hier en allant à Ballstad au lieu de continuer sur la E10 : -6° dehors. Jusqu'à présent la route était plutôt « au noir » mais là maintenant elle est majoritairement blanche.

9 h 30, je suis au carrefour de la piste menant à Myrland. 2 minutes plus tard, j'aperçois la silhouette d’un grand oiseau sur un rocher, c'est bien un aigle de mer mais il s'envole alors que je ralentis.

12 h 20, je repars de Å… C'est vraiment un piège à touristes… C'est pas terrible. 12 h 42, je suis allé photographier les rorbuer à Sør Vågen. 15 h, arrêt à Vareid… 92 km/h en bas du tunnel sous la mer.

18 heures 22 à quelques kilomètres de Svolvær -7° dehors. Pleine lune, il fait beau, génial.
[voir le trajet de ma balade du jour : aller] [voir le trajet de ma balade du jour : retour]

vendredi 21 mars 8h, je démarre, il fait -3°. Je compte aller vers le nord aujourd’hui et notamment longer le Raftsund sur sa rive est jusqu’à Digermulen.

10h10, sur la route de Digermulen (alors que j’ai fait demi-tour car il neige vraiment beaucoup et je “fais ma trace” sur la route... pas trop rassuré) voulant prendre en photo un rorbu avec en arrière plan le pont enjambant le Raftsund, je demande la permission de me garer 2 minutes dans l’allée d’accès à une maison à son propriétaire. En fait, il s’agit de Roy avec qui j’ai discuté 5 minutes : la maison, c’est sa “cabin” et le kåi (abri à flot que j’ai d’abord pris pour un rorbu) abrite son bateau ; sa femme n’arrive que ce soir à 18 h pour le week-end pascal.

Finalement, l’averse de neige s’arrête, le ciel se dégage et je vais retourner vers Digermulen.

12h30, je quitte Digermulen ; -3° - 13h14, -4° - 14h33, je quitte Myrland d’où l’on voit un beau panorama des Vesterålen, toujours -3° - 14h47 dans le tunnel d’Holdøy long de 3340 m pour franchir un fjord.
[voir le trajet de ma balade du jour] [quelques photos géolocalisées sur une carte]

samedi 22 mars, départ à 8h, -5°, temps relativement beau, quelques nuages... peut-être 30 % du ciel couvert. aprés quelque hésitation sur la direction, je pars vers le sud en direction d’Henningsvær... balade sur le port ; il fait froid. Au retour, je m’arrête à Kabelvåg... pas grand chose à voir et il commence à neiger et de retour à Svolvær, il neige vraiment beaucoup.

 

 

ma semaine de cabotage aux LofotenUne autre balade aux Lofoten : du 17 au 24 novembre 2010, j'ai navigué à bord de la goélette Noorderlicht (48 m hors tout, 20 passagers) dans le Vestfjord séparant les Lofoten et Vesterålen du continent. C'était déjà l'hiver là-haut avec neige et verglas jusqu'au rivage ; le soleil s'élevant très légèrement au dessus de l'horizon vers 9H30 pour se coucher vers 14H30... les "soirées" étaient longues mais j'ai beaucoup apprécié les navigations dans la pénombre. La navigation dans le Trollfjord magnifique, calme, juste, le vol silencieux de pygargues (aigles de mer) tout là-haut au dessus de nous et les cascades, silencieuses aussi, de neige poudreuse dévalant les pentes abruptes

Une lumière vraiment très belle.... on passait de l'aube au crépuscule insensiblement. Si les orques n'ont pas été au rendez-vous, notre semaine s'est terminée en apothéose sous les aurores boréales et étoiles filantes...   Voir la galerie regroupant + de 130 photos

En fait, je me demande si je n'ai pas "recruté" de futurs passagers de l' Hurtigruten parmi mes compagnons de voyage à force de raconter combien j'apprécie la vie à bord de l' Hurtigruten et les paysages traversés sur la route de l'express-côtier....


Sophie a navigué à bord du MS Lofoten (sur la ligne depuis 1964) et est restée quelques jours aux Lofoten en avril 2006. Elle vous propose ses carnets et photos à hurtigruten.terremer.net pour la navigation et à lofoten.terremer.net pour son séjour aux Lofoten (on y a pratiquement visiter les mêmes endroits avec parfois presque des compositions identiques pour nos photos). Fin avril 2006, il y avait nettement moins de neige et je suis surpris de la différence d'enneigement entre mi-mars et fin avril.

 


page précédentepage suivante