9 novembre 2005 : Wilhelmina Bay - Gerlache Strait

[diaporama des photos du jour] [carte : Wilhelmina]

 

7H46 dans le brouillard9 novembre 2005, à 5p0 je suis sur le pont : la lumière est très belle malgré le ciel couvert ; il a neigé un peu cette nuit mais ça fond. 3°C à 6H, vent du sud. On est pratiquement au même endroit qu'hier soir après si j'ai bien compris une tentative de faire route d'abord vers le chenal Lemaire... trop de glaces puis solution de repli, retour vers le chenal Neumayer pour rejoindre Port Locroy... en vain, la glace est encore trop présente... dommage.  On est même remonté un peu vers le nord : 64°43´ sud, 63°6´ ouest, cap au 77° à 1,7 nœuds.

Extraits du programme... initialement prévu : "Vers 06H00 : Le canal Lemaire fut aperçu pour la première fois en 1873 par Dallman. Ce n’est qu’en 1898 qu’Adrien de Gerlache le cartographia et le traversa ; il l’appela comme l’explorateur belge, Charles Lemaire, qui visita le Congo. Les tombants et les falaises de l’île de Booth se reflètent de l’autre côté de la Péninsule Antarctique. De nombreuses photos de cette zone ont été si souvent exposées que les équipes d’expédition appellent le canal Lemaire "clic-clac Kodak" ou "l’avaleur de film Fuji". La navigation dans le canal Lemaire dépendra des conditions de glace.

L’île Petermann a été découverte par un baleinier allemand Eduard Dallman et appelé ainsi du nom du géographe August Petermann. Mais sa notoriété lui provient certainement de son plus célèbre résident Jean-Baptiste Charcot. Son bateau le  « Pourquoi Pas ? » hiverna dans une petite anse que Charcot nomma Port Circoncision. Sur une colline, près de l’ancien point de mouillage, se trouvent un cairn et une plaque érigés par l’expédition. C’est à cet endroit que se trouvait dans les années 50 un refuge argentin et ces dernières années le personnel de la base ukrainienne Vernadskiy, se trouvant à près de 3 km au sud du canal, l’entretienne et la visite régulièrement."


 

vers 15 H dans le brouillard à Wilhelmina Bay9H03, cap au 71° à 16 nœuds par 64°36´ S et 62°42´ W. Ce matin, la visite de la passerelle est organisée... je commence à connaître l'agencement des passerelles des navires de l'Hurtigruten !!

11H47, par 64°32´ S et 61°57´ W en route vers Wilhelmina Bay et plus précisément vers Enterprise Island. Ca y est le plafond nuageux se lève... enfin, est moins bas plutôt et quelques passagers ont sorti les transats pour "prendre le brouillard" à défaut de soleil par 1°C, 3 Beaufort [??? il n'y a pas un souffle d'air !!]. Nous naviguons parfois très au ralenti dans un pack plus ou moins dense pratiquement toute la matinée. Des phoques parfois somnolent sur les growlers à proximité de notre route, des goélands dominicains passent au ras de la glace. L'ambiance est complètement différente de celle des jours précédents : le ciel, la mer, la glace créent un camaïeu de gris qui me plaît beaucoup également.


 

polar cirkel boat tr&eafrave;s confortableextrait du programme de demain : "Dans le port de Foyn, au cœur de la baie de Wilhelmina près de Enterprise Island se trouve partiellement submergée l’épave d’un baleinier norvégien : le Gouvernoren. En 1916, un feu se déclara à bord et le bateau fut échoué afin d’évacuer hommes et marchandises. Il n’y eu pas de pertes humaines. Les baleines choisissent cet endroit pour se nourrir, en conséquence, c’était le terrain de chasse des baleiniers. De même que des baleines, on peut voir des phoques de Weddell, des phoques crabiers, des phoques léopards. Il y a également des manchots jugulaires qui nichent sur les côtes ainsi que les sternes antarctiques aux abords des parois dénudées des falaises. Initialement, Sir Shackleton et ses hommes envisagèrent de progresser sur la banquise de la mer de Weddell puis traverser la péninsule antarctique afin de trouver assistance auprès des baleiniers de la baie de Wilhelmina."

15H20, de retour de la balade en polar cirkel boat : nous avons commencé par aller voir l'épave du transporteur d'huile de baleine volontairement échoué sur le rivage. De nombreuses sternes nichent sur la carcasse rouillée : vraiment bizarre cette atmosphère avec ce brouillard et l'épave rouillée à demie submergée à quelques mètres des falaises de glace. Ensuite nous avons visité de nombreux icebergs avec également des sternes peu farouches. Ces polar cirkel boats sont vraiment très confortables et pourtant entre les différents sites, nous allions à 25, 27 nœuds selon le "pilote"... avec 80 cv à pousser derrière. Bien qu'ayant la forme d'un pneumatique classique, nous sommes assis sur une banquette et bénéficions d'un petit dossier. Bien sûr, la neige qui tombe en petits flocons, ça fouette le visage mais c'était rigolo en étant bien équipé de la tête aux pieds : T-shirt en rhovyl, 2 polaires, parka, bonnet, lunettes et gants  pour le haut ; caleçon en polaire, salopette "de quart", grosses chaussettes et chaussures de randonnée pour le bas.


 

15 H46 dans Wilhelmina Bay : sculpture18H, nous remontons à vitesse réduite  le Détroit de Gerlache dans un pack assez lâche : la partie immergée des growlers est magnifique : verte, bleue, souvent très sculptée par la fonte avec des trous... une vraie dentelle. On navigue à 4 nœuds, cap au 42°, vent venant de l'est, 1°C et il neigeotte toujours.... maintenant, nous allons au 27° à 5,6 nœuds... slalom entre les champs de glace à 64°27´ sud et 61°55´ ouest. Là, un petit growler qui a basculé et donc la partie antérieurement immergée est maintenant "en l'air" : une vraie sculpture très très travaillée. La glace n'est vraiment pas uniforme : on voit de la glace bleue très, très vieille, issue de la partie inférieure du glacier et qui a subi l'énorme pression générée par les couches supérieures du glacier et a donc perdu ses bulles d'air. La glace blanche qui est donc plus récente complètement cassée, souvent des séracs en fait et puis aussi les tabulaires qui proviennent des banquises. On voit aussi de la glace "sale" avec des traces de terre.


 

17H42 : sillage18H04, ça y est, nous sortons du pack et nous accélérons bien qu'étant toujours dans le brouillard et l'on ne voit pas les rives du détroit, pourtant assez étroit si je me souviens bien. Faudrait que j'aille voir la carte.

18H10, d'après la carte, "à vue de nez" entre notre position actuelle et Deception Island, il y a environ 400 km. Notre point le plus sud atteint était à peu près à 400 km du cercle polaire et par la mer à 600 [?] km du cercle à peu près... ouais 600...


 

20H30 : contrastes20H40, le ciel s'est dégagé en partie vers 19H. Les paysages sont d'une beauté !!! les icebergs qui reçoivent les rayons du soleil dans un environnement gris, dans la pénombre des nuages,. De même, les fronts glaciaires éclairés contrastent très fortement avec les glaciers à l'ombre. La mer est très, très calme ; pratiquement plus de glace sur l'eau ; 63°58´ sud et 61°41´ ouest...

page précédentepage suivante